Imprimante thermique : comment ça marche ?

Deux principaux avantages font actuellement le succès des imprimantes thermiques. D’une part, leur qualité supérieure d’impression, d’autre part, la très bonne tenue des tirages réalisés. 

Ces deux atouts leur ont été transmis par la technique utilisée pour leur conception. Il s’agit de la technique de la sublimation thermique. Ce terme scientifique est à la base de cette technologie hors pair dont nous bénéficions. Découvrons alors comment marche une imprimante thermique.

La technique de la sublimation thermique

Elle consiste pour un corps, à quitter son état solide pour se retrouver à l’état gazeux. Tout ceci, sans passer par un état liquide. Ce passage ne pourrait en aucun cas être possible sans l’intervention d’un élément nouveau. Cet élément intervient alors de manière brutale. Il s’agit de la chaleur, qui est utilisée ici à sa plus forte température.

imprimante thermique

 

Pour approfondir : cet homme à réussi à ajouter une imprimante thermique basique à un Polaroid.

Les origines de la technique de sublimation

À juste titre, l’on pourrait croire qu’il s’agit d’une technique ou d’une technologie récente. Cependant, la technique de la sublimation thermique s’utilisait depuis des décennies. Notamment dans le domaine du textile. Là, elle permettait le remplacement du flocage.

C’est bien plus tard que les concepteurs d’imprimantes penseront à l’intégrer à leurs produits. La sublimation thermique fut par conséquent adaptée aux impressions professionnelles sur papier. Elle a connu son apogée avec la mise sur le marché des appareils photo numériques.

Le principe

imprimante thermique

Avant tout, le papier utilisé pour les impressions grâce à une imprimante thermique n’est pas un papier commun à toutes les imprimantes. Il s’agit du papier conçu pour ce périphérique. Il est commercialisé sous deux formes : le papier thermique éco et le papier thermique top coated.

Par conséquent, l’imprimante se charge de vaporiser de l’encre sur un film translucide. C’est cette encre, qui a quitté son état solide pour un état plus maniable, qui sera appliqué au support d’impression. La chaleur utilisée pour afficher les images sur le support d’impression se transmet à l’aide d’une pointe chauffée.

Chacune des couleurs primaires est vaporisée sur le papier puis ce dernier est rembobiné. Après chaque application de couleur en effet, il retrouve sa position initiale. Pour finaliser l’impression, du vernis protecteur est appliqué sur tout le papier. De plus, il n’a pas besoin de temps de séchage, cette fonction est automatique.

À lire …

Quels sont les objets connectés qui marchent le mieux en France ?