Rites funéraires des français

Les changements sociologiques et psychologiques tels que l’urbanisation, la recomposition, le triomphe du matérialisme ont triomphé des traditions en France. La montée galopante de l’athéisme et la recrudescence évidente des croyances religieuses tendent à faire disparaitre les rites funéraires en France.

Il n’existe plus réellement, des traditions rituelles relatives aux funérailles. Bien de gens font individuellement leur deuil et s’y limitent. Il faut signifier aussi qu’en France, il y a un brassage important de cultures. Ce brassage créé de plus en plus une diversité de rites existants liés aux funérailles. Selon leurs origines et leurs religions, les rites funéraires en France vont varier d’un individu à un autre. Mais au-delà de ces aspects sociologiques et religieux, le seul rite auquel de nombreux Français adhèrent encore aujourd’hui est la crémation.

LA CRÉMATION : QU’EST-CE QUE C’EST ?

La crémation n’est autre que l’incinération du corps du défunt. Dans l’antiquité, elle était une pratique très populaire. Dans les sociétés grecques et romaines qui ont influencé les sociétés françaises, la crémation était très utilisée. En France, cette pratique est devenue fréquente depuis la levée de son interdiction par l’Église catholique. Les Français adoptent ce rituel funéraire pour diverses raisons. Au premier abord, les changements psychologiques tendent à justifier le fait. Mais à y voir de près, on peut évoquer aussi : les dernières volontés du défunt. Il existe en France à nos jours, environ deux cents crématoriums. Le rituel dans les crématoriums est assez simple. Il est composé généralement de : un temps de recueillement avec plusieurs séquences (entrée, musiques, hommages, etc.), la prise de parole par les proches, etc. La cérémonie de l’incinération est souvent dirigée par un maitre de cérémonie.

INHUMATION

L’incinération n’est pas le seul mode d’enterrement en France. Aux côtés de celle-ci, on peut évoquer le rite de l’inhumation. Elle consiste en la mise en terre du défunt. En France comme au monde, ce rite funéraire est très pratiqué. Elle est d’ailleurs celle pratiquée par les religions aujourd’hui. Notamment, les religions monothéistes et particulièrement les religions chrétiennes. La mise en terre représente en effet, le dernier adieu ultime des proches et parents au défunt. L’avantage majeur de l’inhumation, c’est qu’elle permet de conserver un lieu physique qui reste le symbole du défunt disparu.

Généralement, la mise en terre se fait au cimetière et plus rarement dans une propriété privée. Une inhumation est composée de l’arrivée du cercueil au cimetière, puis du transport du cercueil par les proches. On procède à la mise en terre de la dépouille ensuite. Mais parfois, la parole est donnée aux proches pour leurs hommages au défunt. Dans certains cas, chaque proche pose ses fleurs ou verse un bout de terre sur le cercueil en signe d’adieu. Ces moments dans l’inhumation sont chargés d’émotions. L’inhumation donne droit à des formalités administratives. Il est nécessaire d’avoir son permis d’inhumation près du maire de la commune du lieu d’inhumation. La creusée de la tombe est très souvent effectuée par les services de la mairie.

Lire cet article en cliquant ici.